Topo-Guide : Descente du Canyon du Flumen dans le Jura

Issu en totalité d’une belle résurgence (les grottes des Moulins, Jura), le Flumen dévale à toute allure une succession de barres rocheuses en formant un chapelet de cascades. Il parcourt ainsi les célèbres gorges du Flumen, profondes, vertigineuses, que l’on peut admirer depuis le belvédère célèbre : le Saut du Chien. Pour les plus sportifs, il s’agit là de la descente de canyon du Flumen.

Topo-Guide : Descente du Canyon du Flumen dans le Jura

Topo-Guide : Descente du Canyon du Flumen dans le Jura

 

 

La Descente de Canyon du Flumen dans le Jura

SITUATION

  • Département : Jura
  • Communes : Septmoncel
  • Affluent rive droite du Tacon au nord de Saint-Claude
  • Carte I.G.N. 1/25000 N°3328 Ouest Saint-Claude

DIMENSIONS

  • Longueur : 1200 m
  • Altitude de départ : 800 m
  • Altitude d’arrivée : 500 m
  • Dénivelé : 300 m

 

ACCÈS

Aval : de Saint-Claude, se rendre au Martinet par la D436 direction Genève puis par la D290 (au carrefour de Rochefort) direction Villard-Saint-Sauveur. Au Martinet, prendre à gauche la route des gorges du Flumen et garer les véhicules près de l’usine hydro-électrique.

Amont : de Saint-Claude, prendre la D436 direction Genève. Dans les célèbres lacets de Septmoncel, garer les véhicules 1 km après le Chapeau de Gendarme (anticlinal remarquable), au virage des Moulins de Montépile (fontaine et petit pont).

 

NAVETTE

Emprunter l’itinéraire décrit soit : Gorges du Flumen, le Martinet, Rochefort, les Moulins.

Longueur : 9 km

 

CARACTÈRE AQUATIQUE

Le Flumen est un torrent permanent aux crues assez violentes. Son bassin d’alimentation est important et enneigé souvent tardivement. La descente débutant presque à sa source, l’eau y est particulièrement froide.

A pratiquer en basses ou moyennes eaux. Se méfier des orages sur le plateau. Les immersions sont assez nombreuses et ponctuelles. Les parties nagées sont courtes.

Remarque : des affluents discrets augmentent le débit du Flumen au cours de la descente. Ainsi le volume de la dernière cascade semble être 5 fois celui des premières !

 

ENGAGEMENT – DIFFICULTÉS

La descente du Flumen est une course abordable, devenant nettement plus sportive en cas de débit important. La première partie en sous-bois n’est pas encaissée, les échappatoires sont nombreux et toutes les difficultés sont contournables. Sous le Saut du Chien, la gorge gagne en profondeur mais ne pose pas de problème majeur. Échappatoires en rive droite.

MATÉRIEL

  • Cordes adaptées pour franchir C30
  • Combinaison néoprène

ÉQUIPEMENT

  • Bon : nombreux arbres, broches inox scellées, Spits.

HORAIRES

  • Horaire moyen : 4h
  • H.O.D. : 11h

GÉOLOGIE

Calcaire

 

HISTOIRE

  • Connue de longue date par les pêcheurs sportifs notamment
  • Première descente sportive intégrale inconnue
  • Équipement en 1990 par J.C. BERRARD
  • Rééquipé en 1991 par D. GUYETAN et J.L. LACROIX

La descriptions reflète l’ambiance du lieu. Il serait dangereux de fournir une carte détaillée à suivre au mot près, car chaque décision se prend selon des critères qui dépassent largement le plus précis des topo. Si elle vous parait incomplète, c’est sans doute que votre niveau de pratique est insuffisant : vous devez vous former !

 

DESCRIPTION

Du petit pont, 150 mètres de descente sans intérêt parmi les gros blocs nous conduisent à une scierie qu’il faut traverser par un tunnel. La première cascade (15 m inclinée) se trouve immédiatement derrière.

La progression en sous bois dans les blocs est facile, et peu après une C8 se descend à l’aide d’un arbre planté sur un immense bloc en RG. Un minuscule bassin en occupe la base. Cent mètres plus loin, une très belle chute de 10 mètres alimente un grand bassin assez profond. Presque immédiatement, une enfilade de cascades marque un léger encaissement difficilement contournable. Chercher une broche en RD sur un bloc, qui permettra de descendre successivement 3 verticales (hauteur total 15 m) avec réception dans un bassin peu profond. Un toboggan est envisageable dans la deuxième verticale haute de 3 mètres après avoir vérifié la hauteur d’eau en son pied. Toujours en RD une broche permet l’équipement de deux verticales (3 m, 12 m). A cet endroit, la gorge s’évase et un petit pont rejoint la route toute proche (parking du belvédère). Un affluent hélas pas toujours propre, le Chappy, arrive en RD.

Une centaine de mètres dans les blocs nous conduit au sommet de deux cascades de 5 et 6 mètres (bassins peu profonds). De nouveau, la gorge se resserre et une belle cascade de 9 mètres encaissée barre le passage. Attention aux troncs ! Ensuite, deux cascades avec petits bassins (8 m et 3 m) s’équipent en RG. On arrive maintenant sous le belvédère où la vallée s’élargit de nouveau. Des vestiges de passerelle occupent la base d’une belle C12 au large palier. Immédiatement, un très large ressaut se négocie en désescalade en passant sous un bloc.

On descend alors le lit du torrent, très large, sur environ 500 mètres seulement marqué par une C12. On remarquera au passage les dimensions du bloc… et le débit qui a fortement augmenté. La course touche à sa fin avec l’impressionnante cascade finale, qui se descend en deux fois. Prendre d’abord un arbre RG pour rejoindre 12 mètres plus bas une margelle dissimulant deux Spits. Ces derniers permettent une descente de 21 mètres, assez loin de la gerbe devenue difficilement négociable.

L’immense bassin de réception s’évite facilement. On rejoindra les voitures en 20 minutes par un sentier facile puis un chemin, en longeant toujours le torrent.

 

RÉFÉRENCES

« Cascades, Gorges et Canyons du Haut-Jura » (éditions Édisud, auteurs : D.GUYETAN – J.L. LACROIX, 1992)

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top